Actualité

Une entreprise éthique et responsable, ça veut dire quoi ?

Actualité
Partager sur Facebook
Epingler sur Pinterest

Dans mon atelier, je fabrique vos chapeaux de A à Z.

C’est à dire que j’achète ma matière première, des pailles, des feutres, des tissus, des plumes que je transforme. Je peux aussi travailler avec des matériaux anciens ou recyclés. Je fais attention à la provenance de mes matières première et je favorise les productions les plus proches, j’aime me tenir au courant et aller visiter les ateliers de production français ou européens pour rencontrer mes fournisseurs. J’adapte mes achats aux quantités dont j’ai besoin. J’évite les transports de marchandise superflus.
Je suis fière de détenir et de partager un savoir faire précieux qui m’a été transmis. Je coupe, je moule, je teins, je chauffe, je sèche, j’ apprête, j’enduis, j’étuve, je colle, je couds, je repasse, je bichonne, j’assemble, je dégarnis, je démoule, je dessine, je trace, je bouillonne, j’ arme, j’étire, je soutiens, je compose.
Quand il reste des chutes, je les tries et je les réutilise pour des projets ultérieurs, je trouve des idées pour les valoriser.
Quand mes chapeaux sont trop abimés pour être vendus, je les démontent et je récupère la matière qui est encore utilisable.
Quand votre chapeau à besoin d’un entretien, je vous propose soit de vous le faire, soit de vous apprendre à le faire.
Quand vous avez besoin d’un chapeau spécifique, je vous le fabrique sur mesure et selon vos besoins pour éviter une surproduction inutile.
Pour vendre ma production, j’aime vous rencontrer directement sur un salon ou dans mon atelier boutique ou échanger avec vous par le biais de mon site ou par téléphone.
Ainsi l’humain reste au coeur de l’activité, un produit est fabriqué par une personne pour une autre personne en fonction de ses besoins. Je crée pour chacun une pièce unique. Quand je fais des petites séries, elles sont constituées de 5 à 10 pièces identiques.
Toutes ces valeurs sont mon quotidien depuis le démarrage de mon entreprise, et elle me portent aujourd’hui plus que jamais. Elles sont fondatrices de mes choix, de la stratégie de mon entreprise et de son développement . Elles sont le propre des métiers d’art. Je suis heureuse qu’elle touchent aujourd’hui un public plus large. Alors je dis "oui" pour une mode éthique et responsable qui porte ses valeurs et "oui" pour la préservation et le partage des savoir faire manuels.

Apprendre la fabrication de chapeaux

Actualité
Partager sur Facebook
Epingler sur Pinterest

Comment on fabrique un chapeau ?
C’est l’enjeu des formations que je dispense à mon atelier de saint Nazaire.
Pour savoir par ou commencer, poser-vous d’abord la question des matériaux.
En tissu, en feutre, en paille ou avec des plumes, il y a mille et une façons de faire un chapeau. La technique est basée sur un savoir faire traditionnel et a la particularité d’utiliser de multiples matériaux. Travail de volume et de proportion, il demande une habileté manuelle et un sens esthétique doublé d’un grand sens de l’écoute pour pouvoir répondre aux demandes de créations sur mesure.
Pour mettre au point ce programme de formation, j’ai choisi d’envisager les apprentissages par par matière. Pour tout savoir sur le feutre, vous pouvez passer une semaine à l’atelier et vous former sur les techniques traditionelle de chapellerie. Cette formation est ouvertes aux professionnels et peut être prise en charge par les organismes de cotisations aux fonds de formation ou bien autofinancée.
Quatre thématiques sont proposées, qui peuvent être suivies indépendamment. En préparant les 4 modules, vous pouvez choisir de préparer votre CAP chapelier-modiste.Vous pouvez consulter le programme détaillé sur le site de l’App-h.

  • Travail de la paille
  • Travail du feutre
  • Patronage et montage en tissus
  • Accessoire de tête (bandeaux, turbans, coiffe, bibis, couronnes)

Prendre soin de son chapeau

Actualité
Partager sur Facebook
Epingler sur Pinterest

Une fois que vous l’avez choisi , vous avez envie de le porter beaucoup mais aussi de le garder longtemps. Pour bien en prendre soin quelques conseils s’imposent.
Dans son usage au quotidien, il faut prendre l’habitude de le suspendre à un crochet ou sur une étagère dédiée quand vous rentrez chez vous. L’important est de ne pas écraser la calotte afin de ne pas la déformer.
s’il a plut, laisser le sécher tranquillement loin du radiateur et brosser le une fois sec pour enlever les traces d’eau. N’hésitez pas à le rembourrer de papier pendant le séchage.
Quand on change de saison, il faut avoir une boite ou un contenant adapté pour le stocker jusqu’a la saison suivante. l’idéal est d’avoir une boite à chapeau du diamètre correspondant à celui de votre bord de chapeau, mais une boite carré peut aussi faire l’affaire. Il est important qu’il soit stocké à l’abris de la chaleur excessive, de la lumière et de l’humidité.
Prévoyez de ranger votre chapeau avec du papier froissé à l’intérieur, une boule de papier de soie ou de papier journal évitera les déformations et l’affaissement de la calotte. Posez autant que possible le bord du chapeau soit à plat au fond de la boite, si c’est un chapeau à bord plat, soit à l’envers avec du papier autour, si c’est un bord clochant ou relevé.
Rembourrez bien la boite avec du papier afin qu’il ne bougent pas à l’intérieur de la boite. S’il est en feutre vous pouvez aussi mettre quelques boules antimites, un baton de cèdre ou quelques gouttes d’huile essentielle de lavande ou de clou de girofle pour éloigner les mites qui raffolent du feutre, mangeuses de chapeaux, ennemie juré des modistes.
Vous pouvez aussi consulter notre chaine You tube pour des tutos vidéo ou bien vous inscrire à l’atelier chapeau

Un Hiver de Star

Actualité
Partager sur Facebook
Epingler sur Pinterest

Miss Marple, John Steed, Mia farrow, Bonnie Parker, Calamity Jane,Colette et Louise Brooks ont ils un point commun ?
Cette collection est tournée vers mes inspirations, elle a été imaginée en pensant aux belles égéries qui peuplent mon imaginaire de femme. Personnages, actrices ou écrivaines, ils et elles m’ont inspiré et m’inspirent dans mon travail créatif.
Les allures, les photos, les souvenirs, leurs histoires nourrissent mes collections et je leur rends hommage aujourd’hui. Laissons nous inspirés et soyons inspirant ! Cette année, moins de rencontre avec vous, moins de séance de conseil sur les salons, moins de parties de rigolades en essayage mais je continue à vous accompagner par téléphone ou par mail. Les gens chapeautés rendent la rue plus belle, la variété des styles et des allures est une des formes de libertés qui nous reste.